BODYBOARDFRANCE.ORG - FORUM BODYBOARD

Vous n'êtes pas identifié.

Annonce

BBF BOUTIQUE - CHAUSSONS NEOPRENE H2O DISPONIBLES! ici sur la boutique!

#1 27-08-2014 22:36:20

hsdforever
Membre Super Actif
Lieu: Martinique
Date d'inscription: 17-02-2011
Messages: 2453

Le Guide du Bodyboard

LE BODYBOARD 


http://i174.photobucket.com/albums/w114/hsdforever972/Bb/ef_zpsb00f309b.jpg


Nous allons parler un peu bodyboard en tant que produit, pas tout de suite en tant que sport.

Choisir le bodyboard « parfait » est essentiel pour apprendre, progresser et devenir un bon rider. Chaque caractéristique à une influence dans le comportement de la planche et c’est à la fois un avantage et un inconvénient.

Inconvénient car ça en fait un produit bien plus compliqué que « l’image » qu’on peut en avoir, ce n’est pas juste un morceau de mousse polystyrène carrée. Au delà de la taille réduite du bodyboard, sa construction est bien plus compliquée que celle d’un surf par exemple.

Avantage car on peut jouer sur un paramètre précis et spécialiser sa planche à volonté pour l’adapter à SON style de surf. On peut donc facilement se faire un « quiver » de planches pour différentes conditions de vagues, températures ou rides.


Avant toutes choses, il faut retenir que le bodyboard est un petit sport de niche avec peu de fabriquant mais beaucoup de marques. Souvent sans que vous le sachiez, le même moule sert à plusieurs modèles différents question d’économie, ou la même matière aura 2 voir 3 noms différents, question de « marketing » car cela fait vendre.

Allons donc essayer de comprendre et d’expliquer les travers la technologie et le jargon de notre industrie de la mousse.

http://i174.photobucket.com/albums/w114/hsdforever972/Bb/boardguide01_zps65f0aa3c.jpg



LA LONGUEUR

La taille est un des éléments les plus importants à considérer lors du choix d'un nouveau bodyboard. Votre propre taille et votre poids font une différence dans le choix d’une planche. A hauteur égale, un rider plus lourd devra prendre une planche plus large ou plus grande ou avec plus de flottabilité ou avec un tail précis. Un demi-pouce de plus ou de moins peut affecter votre capacité à prendre des vagues et faire des manœuvres.

Mais la taille idéale est aussi fonction de votre niveau et de vos vagues. Compliqué ?
Mon expérience personnelle m’a conduit à voir qu’à une hauteur de rider correspond une taille de planche « moyenne » :
Pour un rider de 1.80m, une planche de 41,5’’ est presque parfaite en all round. Apres on rajoute 0,5 pouce tous les 5cm. Donc un rider de 1,85m sera bien en 42’’ alors qu’a 1,70m une 40,5’’ marche bien.

Ce n’est PAS une règle parfaite ! C’est juste mieux que l’ancienne mesure qui disait « dans les 10cm en dessous du nombril ça passe ».

A partir de là on peut affiner la taille de la planche en fonction par exemple des vagues le plus souvent rencontrées = petites et molles (1m et moins), on rajoute 0.5 ou on passe sur un bat-tail. Grosses et creuses (Plus de 2m) on réduit de 1 pouce. Cela permet de conserver le même « ride » dans des conditions changeantes. Parce qu’un 43 PP bat tail dans une vague de 3m, au mieux vous faites tout droit ! C’est impossible à tourner.

Augmenter la taille d’une planche (même modèle, même matière) permet de gagner en vitesse/flottaison/reprise mais on perd en manœuvrabilité/canard/prise en main. Il faut donc commencer par choisir la bonne taille de planche.



LE POIDS 

Pas celui de la planche mais bien celui du rider. Le poids (la puissance aussi) du rider est importante dans le choix d’une board. Le surf est un sport de puissance et de résistance (tout l’inverse du Curling - rires).

Un rider choisis la longueur de sa planche en fonction de sa hauteur pas de son poids (sauf cas de vagues pas puissantes). Le rider lourd doit donc privilégier les planches épaisses et de préférence en Polypro (PP) car c’est une mousse réactive et résistante (qui flotte plus que le PE).

A l’inverse un rider léger et peu puissant (enfant, ado, fille…) partira plutôt sur une planche fine et/ou en PE pour commencer (même dans une eau chaude).

Avec de l’expérience, il pourra plus tard passer sur un autre type de core (sans forcement augmenter l’épaisseur de la planche) plus réactif et donc plus rapide.




LE CORE 


C’est l’élément le plus important.

La base d’un bodyboard c’est de la mousse. Polystyrène, polyéthylène, polypropylène… Et c’est cette mousse qui dicte les réactions de la planche. J’ai écris réaction, pas comportement car la planche réagit à une action du rider, elle ne décide pas de faire toute seule.

Le type de mousse utilisé dans chaque board détermine les performances dans l'eau. Le type de conditions dans lesquelles vous serez amené à utiliser planche comme la température de l'eau, la taille des vagues, le type de vagues sont à prendre en compte. 

De nombreux noms sont utilisés par différentes marques pour mettre leurs produits en avant et si possible de la manière la plus « full techno » qui soit. Le plus souvent il s’agit de la même matière mais qui passe de « BPP » à « FREEDOM6 PP » ou à « GRAVITY CORE » ou encore « ENERGY CORE » pour impressionner le client. Marketing !

Il existe deux types de mousse : Le polyéthylène connus comme PE ou PE DOW et le polypropylène appelé PP ou Beaded PP.  Quelle est la meilleure ?

PE Versus PP

http://i174.photobucket.com/albums/w114/hsdforever972/Bb/comparaison-pecell-et-pedow_zps1042685d.jpg


Le PE s’est rapidement imposé comme la base pour la fabrication du bodyboard notamment avec comme fournisseur DOW CHEMICAL. Il a remplacé le polystyrène trop fragile et trop cassant (sans flex). En dépit d'être beaucoup plus lourd que le PP, il a beaucoup plus flexible et donc offre plus de contrôle. Il est Idéal pour des eaux plus froides surtout que depuis la disparition de D-CHEMICAL, sa qualité à baissé au point de ne plus être intéressant dans une eau tempérée à chaude.


Les noyaux PP sont préférés par les rides en eau chaude. Ils sont plus légers et plus solides que leurs homologues de la PE et offrent une vitesse de glisse plus importante et une reprise de vitesse plus rapide en sortie de virage (ou en take off). Un BPP core a également la capacité de reprendre sa forme d'origine plus rapidement qu’un core PE et bien sur à une durée de vie supérieure.

Il peut sembler tentant d'utiliser le PP dans les eaux froides, beaucoup le font malgré le fait qu’il devient plus rigide en basse température. Cet excès de rigidité le rend difficilement contrôlable et surtout inconfortable.  Les riders qui l’utilisent dans ces conditions recherchent la vitesse et la durabilité de leur planche avant tout.

Malgré cela, le PP est devenu la norme pour les planches « hautes performances » de l'industrie du bodyboard parce que le processus de fabrication permet d'accroître l’homogénéité et la densité de la mousse. Cela signifie que le PP a de meilleures propriétés de flottabilité et de ressort qui en fait une planche vive et surtout plus rapide, surtout dans les petites vagues.

Généralement, la mousse PP dure beaucoup plus longtemps qu'un core PE. Mais dans les grandes vagues, certains riders préfèrent la flexibilité accrue du PE. Il a la capacité de se plier (bon pour les manœuvres), d’absorber les clapots (confort) et surtout d’être (beaucoup) plus contrôlable.


Alors que l’ARCEL à aujourd’hui disparu, on commence à trouver des cores PP un peu plus rigide tel que l’APRO EPP 2.1pcf, le M CORE, le Premium PP ou encore IFOAM CORE qui sont des PP laminé sur base de BPP (bille de plastique) de haute densité. Ils sont surtout destinés aux riders d’eau chaude qui recherchent des planches gardant leurs caractéristiques même dans une eau à 27°.

Le cas de l’IFOAM est particulier puisqu’il semblerait que ça soit une base d’ARCEL (donc mélange de polystyrène + polyéthylène) mais de basse densité (2.2pcf au lieu de 3.5pcf) une sorte de NRG d’ARCEL qui essaie de résoudre le problème de l’ARCEL jugé trop rigide.



Les cores EPS
Un noyau de polystyrène expansé ou EPS est proposé le plus souvent au niveau de l'entrée de gamme ou bodyboards pour enfant. Cette mousse rigide mais légère fournit une plate-forme idéale pour apprendre avec une grande flottabilité et une flexibilité correcte. Parfait pour les débutants abordant leurs premières vagues.

Ici aussi le marketing est passé et on trouve des cores EPS sous des appellations de missile nucléaire tactique comme le PHUZION CORE.

Peu coûteuse et doté de performance correct, n’hésitez pas à prendre en première planche une bodyboard en EPS.





Les cores Hybrides

Toujours à la recherche du core « parfait », les cores hybrides ont débarqué dans le monde du bodyboard avec le 3D. Un core presque disparu maintenant qui avait pour avantage de mélanger PP et PE donc rigidité et souplesse, vitesse et confort. Le core était constitué d’une couche de PP fine reliée à une couche de PE fine à raison d’une proportion de 40/60 dans la constitution du core.

http://i174.photobucket.com/albums/w114/hsdforever972/Bb/bodyboardfcttech_zps9054444f.jpg


Solution compliqué à mettre en production à la chaîne, les industriels lui préfère un PP basse densité moins cher et plus rapide à produire. On le trouve encore chez les shapeurs de custom.

Un shaper continu de proposer un core hybride sur le même modèle de construction c’est GATO au travers des marques MILK et REFRESH. On trouve donc le 2C et le 3C qui sont un assemblage de mousse par couche (2 couches pour le 2C et 3 pour le 3C) mais de mousse PE uniquement. Le 2C est constitué d’une couche de PE et d’une couche de AIRFLEX (aussi appelé HD30) qui est un PE haute densité.




Enfin, on trouve en core hybride un niveau de planches un peu différentes qui ont un core assemblé à la verticale et pas à l’horizontale. On a 3 technologies qui s’affrontent ici : Le Parabolic flex système (PFS), le Thermo flex core (TFC) et le Radial flex système (RFS).


L’idée ici n’est pas de mettre un pain de mousse PP sur un pain de mousse PE mais bien « couper » la planche plusieurs morceaux et chacun à un core qui lui est propre.
Le PFS à ainsi un cœur PP 1.9pcf de densité au centre mais sur les cotés c’est un cœur appelé EFC qui est un PP basse densité de 1.6pcf.


http://i174.photobucket.com/albums/w114/hsdforever972/Bb/VSParabolic2_zps8917cacb.jpg



On trouve depuis 2014 une légère évolution du PFS :


http://i174.photobucket.com/albums/w114/hsdforever972/Bb/Parabolic2Info4_zps0b3bb4b4.jpg



Le TFC lui aussi a du PP 1.9pcf au centre mais il se distingue par du PE pour les cores des cotés.

http://i174.photobucket.com/albums/w114/hsdforever972/Bb/TFX21_zpsb46060e0.png




Le RFS à lui le même core partout (PP 1.9) mais séparé selon une courbe bien déterminée et recollé de manière à donner une flexibilité particulière à la planche.

http://i174.photobucket.com/albums/w114/hsdforever972/Bb/radial-flex_2_zps3c96bdfb.jpg
http://i174.photobucket.com/albums/w114/hsdforever972/Bb/RadialFlex_zps9512dc5a.jpg




Enfin depuis un an, NMD propose le PRO-RIDE qui dans l’esprit du PARABOLIC par sur une mousse PP 1.9pcf qui est incisée de manière à lui donner du flex comme le PFS. Un matériau de liaison (du Parabolic Airex T90) est inséré pour assurer les transferts d’énergie.

http://i174.photobucket.com/albums/w114/hsdforever972/Bb/pfs_zpsf301ccd3.jpg


Ces trois cores ont les mêmes objectifs : donner du flex à la planche dans le sens de la largeur et pas seulement dans le sens de la longueur comme c’est le cas depuis l’invention du bodyboard.



Les cores à faible densité


Le dernier développement dans la technologie de core est faible densité des cores PP.

Apparut il y 3 ans maintenant, on trouve des PP avec une densité plus faible, ce qui signifie qu'ils sont moins rigides.  Marketing oblige, ceux-ci ont souvent un nom selon le fabricant. NMD/VS l’appellent NRG Cores (densité 1.2pcf) :


http://i174.photobucket.com/albums/w114/hsdforever972/Bb/85_zpsa7ac8e18.jpg


Alors que NOMAD/FUNKSHEN préfère le D12 (1.2pcf) ou TURBO le PARADOXCELL (1.6pcf), pour CORE c’est du PX (1.2pcf) et pour NOMAD/N°6 on trouve de l’EFC (1.6pcf).


http://i174.photobucket.com/albums/w114/hsdforever972/Bb/d12-140x140_zpsd57d2244.png





Pour compliquer le tout, On trouvait dans les debut une mousse NRG 1.4pcf (donc entre le NRG/D12 classique et l'EFC) que l'on trouve encore chez HOT BUTTERED en 2014/2015. On peut supposer que sa rigidité est entre les deux.

Pour beaucoup de riders ces nouvelles mousses offrent le meilleur des deux mondes : une planche légère avec une bonne flottabilité et flexible lorsque l'eau est froide tout en gardant ses caractéristiques dans l'eau chaude sans devenir de la gelée (comme le ferait le PE).


Normalement par ordre de rigidité on trouve sur le marché :

-    L’ARCEL 3.5 (PS + PE)
-    Le M-CORE (PP) – I-FOAM CORE 2.2 (ARCEL + EPS)
-    L’EPP/BPP 2.1 (PP)
-    Le BPP/FREEDOM6/ZERO G/PP/ENERGY CORE 1.9 (PP)
-    Le FEATHERLITE 1.8 (PP)
-    L’EFC/PARADOXELL 1.6 (PP)
-       Le NRG 1.4 (PP)
-    Le NRG/D12/P2 1.2 (PP)
-    L’AIRFLEX 1.9 (PE)
-    Le PE 2.4 (PE)


L’Arcel, mousse développée pour le bodyboards au milieu des années 80, était légère et solide comme core. Le haut de gamme de certaines marques comme MANTA ou HOT BUTTERED avait des core en arcel qui était très (trop ?) nerveuse et rigide comme mousse et ce même dans les eaux chaudes.

L'inconvénient, c'est le manque de contrôle (un clapot = une satellisation), de manœuvrabilité, notamment dans les eaux froides et surtout de confort ! Le fabricant de mousse Arcel, Arco Chemical, a cessé de produire en raison du manque de demande. La mousse à peu à peu été remplacé par le polypropylène (PP).

L’industrie du bodyboard sait faire des planches rapides, la difficulté étant de les rendre flexible ET durable. On cherche encore la mousse parfaite pour combiner les 3 facteurs.




  La technologie "STRINGERLESS" ou "sans stringer" 

La dernière orientation de l’industrie étant de supprimer le stringer des planches pour « eau froide » pour se rapprocher le plus possible du PE DOW + MESH d’avant. On trouve maintenant donc chez FOUND le THERMAFLEX qui n’est autre qu’un CORE PP renforcé au dessus par une couche de SKINTEC + MESH et au dessous une grille MESH.


Ce sandwich à la sauce FOUND est nouveau et devrait donner d’excellent résultat. Mise en avant sur leur série 2015, c’est pourtant une technique qu’utilise KUNG BODYBOARD depuis des années maintenant puisqu’aucune de ses planches n’a de stringer.

http://i174.photobucket.com/albums/w114/hsdforever972/Bb/laminacao05_zps7e45474f.gif









  Le renfort Engineered Springer placement  "EPS" de NMD 


Chez NMD, la phase de développement du noyau NRG à mis à jour plusieurs pistes d’amélioration des performances.

Le NRG se « fait » rapidement, ce qui permet d’avoir une planche avec un comportement proche du PE DOW mais celui-ci perd aussi rapidement ses qualités (plus rapidement que du PP).

Il fallait donc à la fois conserver sa rigidité (notamment pour limiter la courbe du à l’effet de poids du rider), tout en lui permettant d’avoir du flex.

Ils ont donc décidé d’intégrer l’ESP pour « Engineered Springer placement » qui est une bande (qui ne fait donc pas la largeur de la planche que le MESH) de haute densité Airex®.

Ce faisceau de mousse structurelle est thermo soudée dans le core juste en dessous du deck et permet de donner plus de flexibilité dans le sens de la longueur (comme un stringer) pour plus de projection.




Nouveauté 2015 chez HUBBOARD (mise à jour du 01.12.14)

-   Le QUAD CORE 

Il a été annoncé il y a quelques jours, un core révolutionnaire qui (comme toujours, marketing oblige) allie flexibilité, souplesse, rigidité, durabilité, ressort, nervosité, vitesse ! On a enfin le core parfait ! (rires).

Apparemment (le procédé est nouveau, je tâtonne encore), ils ont fusionné deux couches différentes de polypropylène (Pp) autour d'une couche de matériau de type "MESH" qu'ils appellent "Tension maille tech suspension".

La couche de mousse  inférieure a été pensée pour la vitesse et de projection alors que la couche de mousse supérieure est plus là pour le flex et le confort.
La mousse inférieure est en sandwich entre deux grilles MESH et à un stringer carbone en plus.

http://i174.photobucket.com/albums/w114/hsdforever972/Divers%20surf/Hubboards-Quad-Core-Bodyboard_zpslpx2fnlb.jpg



En gros c'est un 3D mais en PP uniquement et pas en PE/PP comme les "anciens 3D". On peut supposer que c'est un PP de faible densité en "haut" genre NRG/D12/PX (voir EFC) et un PP de plus forte densité en "bas" donc 1.9pcf. Reste à savoir si la grille centrale est un MESH ou quelque chose qui se rapproche plus du SKINTEC (de N°6) ou AIREX (de NMD) ?

Après les concepteurs le résultat est "révolutionnaire" avec une meilleure flexibilité, projection dynamique, contrôle... plus mieux que tous les cores actuels. On attendra de le tester pour se prononcer sur la toppissimité du core.



Mise à jour du 16.12.2014

Suivi maintenant par STEALTH avec son ZÉRO CORE qui reprend une construction comme le QUAD CORE de HUBBOARD (en fait je suis quasi-certains que c'est la même chose à l'identique).

On a donc un pain de mousse PP avec une double feuille MESH et une double feuille de IXLPP en renfort.


http://i174.photobucket.com/albums/w114/hsdforever972/Moto/tensiontech2_zps6ab3f115.jpg




Contrairement au THERMAFLEX qui est en une seule pièce de PP 1.9 et sans stringer pour le flex, le ZERO, comme le QUAD est un sandwich de trois "planches" de PP + Double Mesh + Stringer. 

Reste à connaitre la densité de la couche inférieure, qui va décider de la souplesse ou rigidité de la planche.





- Le SNIPER "Infinity Flex Frame" (Millénium limited Nasa Edition) - Mise à jour du 14.05.15  


Développé par le Team Alx/Moz, l'infinity flex c'est une planche PP renforcée d'une "planche" ou couche d'AIREX (matériaux très rigide) plate en forme de 8.

http://i174.photobucket.com/albums/w114/hsdforever972/Divers%20surf/INFINITY2-02-1024x628_zpscnoopril.jpg



Nous avons donc une planche de PP avec son stringer qui hérite d'un renfort dans l'idée du torsion stringer. la couche d'AIREX étant parfaitement plate, elle limitera au maximum les "torsions" latérales du bodyboard tout en procurant de la nervosité et une réponse agressive en flexion "verticale" (du nose vers le tail").

La "mode" des nouvelles technologies est donc aussi dans des cores plus réactifs et tres nerveux (MCore, Quadcore, Infinitycore....) qui ont tendance à ce rapprocher de l'Arcel en comportement tout en gardant une certaine souplesse. A tester d'urgence...


Le M-Core de CUSTOM X


Informations en Cours de collecte....

http://i174.photobucket.com/albums/w114/hsdforever972/Divers%20surf/20130807-214051_zpsn2rust6n.jpg








LE DECK  


C’est votre canapé. (Rires). La configuration usuelle du deck est le PE 8lb (polyéthylène). Les deck PE sont doux et souple comme core PE mais, comme eux, après le temps qu'ils sont incapables de trouver leur forme originale. Rapidement des plis dans les zones sous pression apparaissent (sous les coudes notamment).

Les fabricants cherchent des moyens pour améliorer cela, mais certains riders préfèrent leurs planches un peu « usée » ou « faites » comme on dit dans le milieu car elle gagne encore en flexibilité et devient plus facile (et maniable).


L'alternative à un deck PE est connue sous le nom de réticulation, une structure cellulaire plus fine appelé le CROSSLINK de 4lb ou 6lb qui absorbe moins d'eau (elle est beaucoup plus étanche) tout en étant plus solide, mais il a tendance à être beaucoup plus rigide.

Si vous achetez un de ces modèle, gardez en tète qu’il faudra mettre un peu plus de wax pour ne pas glisser sur la planche.

Quelques planches ont hérité de deck différent comme le VAPORCELL de N°6 sur son modèle COVENANT V2 ou la MAX ARENT qui ressemble au deck que l’on trouvait sur la LV de MOREY à l’époque.
On trouve maintenant une nouvelle « matière » pour le deck appelée SKINTEC que nous trouvons chez N°6. Ne l’ayant encore pas vu/touché, je ne peux que supposer que celle-ci tente de concilier confort et flexibilité.


http://i174.photobucket.com/albums/w114/hsdforever972/Bb/Skintec_zpsc4c53f39.jpg



Selon Jarod GIBSON, le Skintec permet d'améliorer structurellement la flexibilité et élimine l’effondrement de la cellule de mousse du core. Quand vous compressez les cellules du core (coude, genoux pour le drop) elles s’écrasent et commencent à se décomposer, ce qui n'est pas nécessairement une mauvaise chose, car lorsque la planche commence travailler, ses performances s’améliorent, on dit que celle-ci est « faite ».

http://i174.photobucket.com/albums/w114/hsdforever972/Bb/SKINTEC-BODYBOARD-LAYER_zpsdd2228ce.jpg



Cependant que ce pic de performances à une durée variable, car une fois que les cellules s’effondrent la planche plie vraiment et sa réponse (sa nervosité) est moindre.
http://i174.photobucket.com/albums/w114/hsdforever972/Bb/Skintec-Cross-Section_zpsf004b98b.jpg


Normalement, avec le Skintec on transférer l'énergie d’une flexion (positive ou négative) du nez à la queue et de rail-à-rail de manière beaucoup plus rapide, de sorte que la planche répond très rapidement tout en absorbant la compression d’un l'impact ou d’une pression. Cela permet de protéger plus efficacement le core.




LE CONTOURS OU ERGO DECK 


Plusieurs types de contours existent, mais surtout leur « fonctions » est définie par le constructeur/shapers. Certains sont spécialement conçus pour augmenter la flexibilité, d’autres le confort, d’autres encore le contrôle.
Tous offrent une meilleure adhérence (prise en main) en vous aidant à tenir la planche lors de plongées en canard ou les « gros » atterrissages comme c’est le cas particulier (et unique) du deck des SCIENCE LTD (MS1 et MS11).


http://i174.photobucket.com/albums/w114/hsdforever972/Bb/compressioncells_zps37ddf59d.jpg


http://i174.photobucket.com/albums/w114/hsdforever972/science_1_one_ltd_bat_bodyboard_zps4b69de85.jpg




Donc pensez-y au moment de l’achat car ils peuvent faire une différence lors de grosses session et vous aidez à mettre vos mains et vos coudes au bon endroit pendant le ride.

Souvent les modèles ERGO deck sont sous l’appellation « LTD » ou « ERGO SKIN » d’un même modèle de planche.



LE CORK DECK ou Deck « en liège » écologique

Le shaper GATO (REFRESH, MILK) s’est rapproché d’une structure portant le nom de DODO pour faire des bodyboards plus écologique.
Celle-ci est spécialisée dans la stratification du liège (comme les bouchons de champagne) pour proposer une autre alternative aux riders : le bodyboard écologique.

http://i174.photobucket.com/albums/w114/hsdforever972/Bb/cork1_zps41059461.jpg



Plutôt que la course à la puissance/technologie, il essaie de développer un deck stratifié qui permettrait de remplacer le plastique (PE) que l’on rencontre habituellement.
Le liège provient d’un arbre, il est donc naturel mais surtout souple, étanche, souple et il absorbe les chocs...

http://i174.photobucket.com/albums/w114/hsdforever972/Bb/cork2_zps3c592f42.jpg



Reste à savoir si l’écologie du deck ne sera pas rattrapée par les problèmes de surexploitation du liège par l’industrie des spiritueux (le vin et le champagne) ! Mais aussi si l’aspect « sale » ou plutôt bizarre de la matière, à l’opposé du deck lisse et parfaitement parfait des planches aujourd’hui.

http://i174.photobucket.com/albums/w114/hsdforever972/Bb/cork3_zps80315cd3.jpg



A l’état de prototype pour le moment, il devrait être proposé en 2015 en petite série sur les customs de la marque.






LE SLICK 


Le slick est le matériau du dessous du bodyboard qui est en contact direct avec l'eau et la vague.
Il existe deux types de matériaux couramment utilisés pour les slicks: le Surlyn et le HDPE (polyéthylène de haute densité).

Le Surlyn est le matériau le plus utilisé par les fabricants de bodyboard. Croyez-le ou non, c'est la même matière plastique utilisée pour couvrir les balles de golf. Il s'agit d'une composition de caoutchouc et de copolymères de résines qui ont les propriétés élastiques de l'éthylène.

Ceux-ci font que la planche est plus sensible aux flexions et reprend rapidement sa forme. Cela fait des planches plus rapides facilitant les projections.

La couche de Surlyn augmente aussi la longévité et ralenti l’arrivée des plis, c'est un matériau qui se trouve sur les planches de moyen/haut niveau, mais c’est le plus cher des deux matériaux.

L'alternative moins coûteuse est un slick en HDPE. Il ressemble beaucoup au surlyn visuellement, toutefois les slick HDPE ont tendance à être sur les planches d’entrée de gamme ou pour débutant.

A choisir, il vaut mieux rajouter quelques euros mais prendre une planche avec un slick en surlyn. Mais si vous n’avez pas les moyens, commencez sur une planche en HDPE, vous  changerez plus tard quand votre niveau (et votre argent) aura augmenté.



LES CHANNELS 

Ce sont des petits canaux sur de la planche coté slick qui aident à avoir de l’accroche un peu comme les ailerons pour une planche de surf. Les channels aident dans les courbes et les rotations mais font perdre de la vitesse s’ils sont trop importants.

http://i174.photobucket.com/albums/w114/hsdforever972/Bb/slideperformance03_zps5ae8e20e.jpg



La plupart des modèles de channel comprennent une entrée étroite pour l'eau à l'avant et une sortie plus large à l'arrière. Cela crée une augmentation de la surface de sorte que votre planche accroche mieux l'eau dans la glisse, les virages et les transitions de rail.
Il existe plusieurs styles de channel différent :


-    Le slot (ou narrow) channel
Conception de base des channels, c’est le plus important et le plus efficace en termes d’accroche mais pas le meilleur concernant la vitesse. A réserver aux vagues creuses et puissantes.


-    Le Graduated channel
C’est un channel plus doux et progressif. Il permet de trouver un équilibre entre accroche et vitesse. Il marche bien en toutes conditions.

http://i174.photobucket.com/albums/w114/hsdforever972/Bb/board_info_channels_zps6c488f37.jpg



-    Le Concave
Le concave est un grand canal ou tunnel qui s’étend sur un tiers de la longueur de la planche

http://i174.photobucket.com/albums/w114/hsdforever972/Bb/images-products-bodyboard-futura-12_zps19b4ff50.jpg


Il donne plus de contrôle et est conçus pour maximiser la vitesse sans perdre en accroche. On trouve donc des planches uniquement avec un concave (comme la D71 LTD) mais aussi des planches avec un concave en plus des channels habituels (comme la COVENANT V2 de N°6 ou la BP CONCAVE ou encore la NOMAD FSD CONCAVE).

http://i174.photobucket.com/albums/w114/hsdforever972/Bb/Covenant6_zps77902dce.jpg



Sachant que le D71 à un Tunnel concave et pas un V concave. L'effet de dépression est plus important, ce qui favorise la vitesse.

http://i174.photobucket.com/albums/w114/hsdforever972/Divers%20surf/Division-71-Limited-Edition-Bodyboard-bottom-580x794_zps497abe26.jpg





-    Les E-styles

On trouve par-ci, par-là des slicks sensé améliorer la glisse comme pour le Mach8 Tx de l’époque avec ses trous ou les BZ avec des dessous en relief. Je ne sais pas si réellement ça améliore quelque chose ou si c’est un effet placebo. Ici le BZ AIR :

http://i174.photobucket.com/albums/w114/hsdforever972/Bb/Prancha-BZ-Air-Concave-Surf-e-Bodyboard_455340887_3_zpseb7d0267.jpg


Le MACH8 TX

http://i174.photobucket.com/albums/w114/hsdforever972/Divers%20surf/IMG_0001_zps64fed01b.jpg



Certains apportent un plus, d’autres rien du tout, il faut tester pour voir.


On trouve ainsi le slick est board KUNG (plusieurs designs possibles)

http://i174.photobucket.com/albums/w114/hsdforever972/Bb/selo_phazer-kung-design_zpsbb2fc38c.gif

http://i174.photobucket.com/albums/w114/hsdforever972/Bb/v-channel-fundo_zpsa1c23202.jpg



Le N°6 ARCHITECT et son slick QUAD CHANNEL
http://i174.photobucket.com/albums/w114/hsdforever972/Bb/1_zpseb401f97.jpg



Le TRI channels de CONGO BOARD :
http://i174.photobucket.com/albums/w114/hsdforever972/Bb/cool1_zps4c733db6.jpg



La Blast des customs ARIN
http://i174.photobucket.com/albums/w114/hsdforever972/Bb/arin09_zps343ca598.jpg






LE MESH


Le Mesh est une matière plastique en forme de grille qui se trouve entre la slick et le core. Il améliore la projection et rend la planche plus solide. Il amortit aussi l’effort que reçoit la planche lors d’un atterrissage.

http://i174.photobucket.com/albums/w114/hsdforever972/Bb/vertical_tab04_zpsc6b9c7d4.png


Le MESH à été le premier renfort des planches haut de gamme des années 80 qui étaient en PE. Ainsi c’est MOREY sur son MACH 7 qui « innove » en présentant ce renfort améliorant le ressort et donc la projection des planches.

http://i174.photobucket.com/albums/w114/hsdforever972/Bb/board_info_mesh_zps9e52434e.jpg



On trouve aujourd’hui le Mesh en renfort d’un stringer unique sur les planches haut de gamme et même un développement de celui-ci comme cité plus haut chez FOUND mais aussi chez SCIENCE avec son VTS MESH (variable torsion system) qui permet à la planche d’avoir plus de nervosité qu’une planche sans MESH mais plus de flex qu’une planche avec un MESH intégral.

http://i174.photobucket.com/albums/w114/hsdforever972/Bb/LaunchLTD2_zpsd0d2a112.png



Mise à jour du 16.12.14

STEALTH lance deux planches en NRG avec des renforts en double MESH qu'ils nomment le NRG EXERT pour la planche qui n'a qu'un stringer central en plus :

http://i174.photobucket.com/albums/w114/hsdforever972/Bb/exert-u4943_zps677ed951.png




Et NRG CORE pour la version haut de gamme qui à 3 stringers centraux (donc pas disposés sur l'arriere comme chez TURBO par exemple).

http://i174.photobucket.com/albums/w114/hsdforever972/Bb/reflex_zpsf3776dc6.png



La grille MESH revient peu à peu à la mode du fait de son intégration plus facile sur les chaines de production, son cout réduit et la réactivité qu'elle donne à la planche.



LES STRINGERS 


Le stringer est aujourd’hui un élément essentiel de la construction d'un bodyboard. Les stingers sont des tubes ou des lattes à base de fibres de carbone ou en fibre de verre qui traversent le core.

Non seulement il permet aux planches de durer beaucoup plus longtemps mais augmentent également les performances. L’élément qui est important pour conserver de la vitesse c’est le ressort (capacité de revenir à sa forme initiale). Donc, au moment de choisir prenez en compte les conditions d’utilisation de la planche avant de vous décider.

http://i174.photobucket.com/albums/w114/hsdforever972/Bb/slidemat09_zpsa32f29a4.jpg




Le stringer ne sert pas seulement à la solidité de la planche même si ça y contribue. C'est aussi et surtout pour donner du ressort ! Un pain de mousse quelque soit la matière reste de la mousse donc il se déforme (les contraintes en surf sont énormes) et cela à deux conséquences :

- A force de plier dans tous les sens et avec excès, il s'abime.
- En pliant il permet certaines choses (tourner par exemple) mais au détriment de d'autres (perte de vitesse).

Le (ou les) stringer(s) permet à la mousse de reprendre son shape (sa courbure, son rocker) le plus rapidement possible donc d'avoir une planche vive ET solide. Le même principe est utilisé dans les voiles des planches à voile !

Et comme dans les voiles, on est passé des lattes en fibres plates à des lattes en carbone plates puis rondes, le bodyboard à suivi le même chemin.
Pourquoi plat ou rond ? Quelles différences de matière ?

La répartition de l'effort sur une structure ronde se fait de manière diffuse, tout le tube encaisse la pression et la structure très rigide ne se déforme que peu. Donc, ils sont bons pour avoir une rigidité extrême et surtout beaucoup de nervosité (en fonction du diamètre de celui-ci) !


http://i174.photobucket.com/albums/w114/hsdforever972/photo-tube-stringers.jpg



Une structure plate conserve du ressort et encaisse de manière plus ciblée une pression. On a donc un effet plus lent de déformation/reformation, mais surtout on peut en jouant sur l'épaisseur du produit avoir des réactions choisies (genre une board rigide au centre mais moins sur les extrémités ou rigide au centre mais pas sur l'arrière...


http://i174.photobucket.com/albums/w114/hsdforever972/lattes-plates-199208.jpg



Bien sur en plus de ces paramètres, la taille du stringers influence le rendu ! Mais on a rarement des infos la dessus !!!!!!!! Un tube de 16mm est 2 fois plus rigide qu'un tube de 12mm !

http://i174.photobucket.com/albums/w114/hsdforever972/194-255-large.jpg


Sur un même core, on peut donc augmenter la rigidité en jouant sur le nombre, la longueur et l’épaisseur (ou diamètre) des stringers. 
Maintenant la différence entre Fibre et carbone, c'est sur 3 points :
- Le carbone est plus léger !
- Le carbone est plus nerveux !
- Le carbone est plus résistant !


Pourquoi utiliser la fibre alors ?
Pour une question de cout ! Le carbone est 2 à 3 fois plus cher !

Pourquoi 2 ou 3 stringers ?
La plupart des planches on 1 stringer et c'est déjà pas mal ! Certains utilisent en plus du MESH qui à le même objectif (solidité + mémoire de forme = nervosité). Les planches premiers prix ont un stringers en fibre, voir un stringer en carbone mais de petite section.


http://i174.photobucket.com/albums/w114/hsdforever972/boa_sci_ms1_2.jpg


2 stringers ça sert pas mal pour les planches de dropknee qui supportent TOUT le poids du riders de manière plus ou moins centré et encaissent de fortes pressions...

http://i174.photobucket.com/albums/w114/hsdforever972/bb-stringer-placement.jpg



3 stringers, c'est souvent des plats, mais surtout configuré différemment avec une disposition genre :

- 3 plats de même longueur (sur les planches US généralement)
- 1 plat long et souple et deux petits plats plus courts et plus rigide sur les cotés (sur pas mal de modèles Européens)
- 1 tube long au milieu et deux petit plats sur les cotés (commence à se voir de plus en plus...)



http://i174.photobucket.com/albums/w114/hsdforever972/3-FLAT-STRINGER1A2B-Grade.gif



Choisir sa configuration de stringer c'est comme choisir son core, ça dépend du rider et des conditions...

Sachant qu'une board flex est maniable, douce et confortable, qu'une board rigide est rapide et nerveuse (prise de vitesse, passage de section) et que tout le monde cherche à avoir le plus des deux !

http://i174.photobucket.com/albums/w114/hsdforever972/Bb/theboardstringers_zps984d3202.png



Dans les eaux plus froides, un seul stringer central est la norme. Cependant, deux et même trois stringers apparaissent maintenant dans la conception des bodyboard. Certains fabricants mettent aussi des stringers plat pour aider à maintenir la flexibilité.

http://i174.photobucket.com/albums/w114/hsdforever972/Bb/ScreenShot2014-02-26at30730pm_zpsdd14fba5.png



Les progrès de la technologie des core sont continuellement en progrès et permettent aux entreprises de développer de nouveaux modèles de stringers. Nous trouvons maintenant des stringers à tête flexible, des ronds (torsion stringer) et des courts...

Le Torsion Stringer est un tres bon système qui avec un stringer de forme elliptique est conçu pour répartir uniformément le flex de la planche de façon plus égale et diminuer la torsion (torsion, c'est quand une planche pli plus d’un coté, et devient par la suite non uniforme avec des plis transversaux).


http://i174.photobucket.com/albums/w114/hsdforever972/Bb/47554244305197241334538_zps808b7352.jpg


Plus récemment un stringer de diamètre variable à fait son apparition chez FOUND et permet encore une fois de concilier rigidité et flexibilité. Il à donc un diamètre important à sa base et s’affine tout au long de sa longueur pour donner du flex au dernier tiers de la planche.

http://i174.photobucket.com/albums/w114/hsdforever972/Bb/PRS-Flex-Pattern_zps844fdbf9.jpg



Car un bodyboard doit être rigide sur sa moitié arrière et souple sur la moitié avant pour bien fonctionner. On trouve donc plus de renforts sur l’arrière d’une planche surtout si sa mousse est « souple » que sur le NRG ou autre D12.

TURBO utilise des stringers plats de ce type dans un core qu'ils appellent PARADOXEL qui est de l'EFC tout comme ils utilisent une triplette de stringers ronds de longueur variable dans leur FREEDOM6 qui du PP.


http://i174.photobucket.com/albums/w114/hsdforever972/trilogy-stringer-system-diagram.jpg



Reste à savoir ce que ça donne et surtout ce que l'on préfère... en ce moment je suis en BPP + 2 stringers carbone et ça envoi plutôt pas mal...

Il est devenu plus populaire ces derniers temps d'avoir trois stringers, afin de maintenir la rigidité à l'arrière de la planche en réduisant la torsion de la base et augmentant de fait la vitesse et la longévité.

Le choix d’avoir une stringer long (et souple) et deux courts positionnés de près du tail permet à la planche de bien fléchir au niveau des coudes du rider. Celui-ci aura donc l’impression d’avoir une planche simple stringer tout en ayant une planche résistante à la torsion très importante pendant le ride (bottom-turn, tube…).

Quelle que soit la conception que vous choisissez, retenez que la planche souple avec moins de stringers sera plus réactive et plus facile à contrôler en grosses conditions et tubes. Une planche rigide et tres renforcée sera plus rapide, mais plus difficile à contrôler.



LA TECHNOLOGIE PSI

http://i174.photobucket.com/albums/w114/hsdforever972/Bb/tech-psi_zps117f0626.jpg



Le système PSI pour "Précision Inlay Stringer" est la méthode la plus avancée pour l'insertion des stingers dans la planche. Apparue sur le marché en 2011/12 sur les TURBO, FOUND, NOMAD, elle entraîne l'insertion de multiples (jusqu’à 3) stringers de manière parfaitement précise.

Cette révolution dans la méthode de placement permet soutenir la structure du noyau avec une précision inégalée (horizontalement ET verticalement.  Ce qui permet d'avoir de nouveau dessin de renfort comme le TORSION STRINGER ou le ..

Le PSI utilise des moules dans lequel le stringer est maintenu en place AVANT injection de la mousse qui entoure et enveloppe entièrement le (ou les) stringers. Dans le modèle de fabrication "traditionnel" le stringer est inséré APRES dans un pain de mousse déjà prédécoupé.



SINGLE TORSION STRINGER

Qu'est-ce qu'une simple torsion Stringer?

C'est tout simplement un autre stringer mis au point par FOUND (encore eux !!!).
Contrairement au stringer classique utilisé ses 15 dernières années, il a à chaque extrémité une cuillère (plat) ou dôme qui contribue à récupérer et propager le couple lorsque la planche plie.


http://i174.photobucket.com/albums/w114/hsdforever972/Bb/TOM-ROB_zps33b7609e.jpg




De cette manière, le système fonctionne de manière plus efficace, surtout qu'il bénéficie aussi du système de PSI (il est donc  positionné dans la planche au début de la fabrication).
La principale différence entre le stringer normal et le stringer torsion simple, c'est qu'il est  plus sensible et donc plus réactif, vous apportant un léger gain en vitesse et contrôle (très très léger), mais il est aussi plus lourd.



L'ISS ou le stringer interchangeable (mise à jour du 14.05.15)

Un concept qui traîne dans le temps. Présenté par RHEOPAIPO puis tombé dans l'oubli, on retrouve en 2015 le concept du stringer interchangeable. A partir d'un core (plutôt du PP), le rider peut mettre un stringer plus souple pour les eaux fraîches (ou les grosses conditions, ou plus rigide pour les eaux chaudes.

http://i174.photobucket.com/albums/w114/hsdforever972/Divers%20surf/ISS-01-1024x628_zpsnon1z0ky.jpg



L'idée n'est pas si mauvaise en soit. il faut juste que la technologie soit suffisamment abordable pour être plus intéressante qu'un quiver de planche... parce qu'il sera surement plus intéressant d'avoir une 41" en PE + une 42" en PP pour naviguer "en toutes conditions" qu'une seule 42" avec l'ISS...




*** Par manque de place (nombre de caractere), je coupe l'article en deux. La suite dans mon poste suivant ***

Dernière modification par hsdforever (28-05-2017 21:55:16)

Hors ligne

 

#2 27-08-2014 22:45:02

Ben-29-bzh
Membre Actif
Lieu: 29 - 56
Date d'inscription: 09-10-2011
Messages: 584

Re: Le Guide du Bodyboard

Chapeau bas Mr Hsd !!!

Hors ligne

 

#3 27-08-2014 22:56:33

hsdforever
Membre Super Actif
Lieu: Martinique
Date d'inscription: 17-02-2011
Messages: 2453

Re: Le Guide du Bodyboard

*** Suite de l'article du 27 avril 2014 - deuxième partie ***



LA PROJECTION ou TENSION  


Flexibilité et nervosité sont deux éléments dont vous entendrez beaucoup parler.

Une planche doit être rigide à la rame mais flexible en manœuvre (bottom, virage…) mais c’est surtout sa rapidité de passer de l’un à l’autre qui est important. Cela crée de la projection.
Les matériaux aident à aller dans un sens ou dans l’autre. Le PP est rigide et nerveux mais passer flexible, le PE est flexible mais pas assez rigide. On renforce donc le core pour lui donner de la nervosité donc de la mémoire et donc de la projection.

C’est aussi le travail des stringers ou d’une grille MESH.

Un procédé de shape permet d’augmenter la projection d’une planche c’est une technique de lamination (Buzz Tech Lamination) trouvée par Buzz le boss de TOOBS et reprise par tous ses collaborateurs c’est la tension.

http://i174.photobucket.com/albums/w114/hsdforever972/shapingbodyboards_zps8eee007b.jpg




La planche réalisée est construite sous tension en fusionnant le deck avec la planche à chaud avec un léger rocker. Celui-ci sera ensuite inversé pour la fusion du slick. La planche est ainsi « tendue » entre le slick et le deck. La projection (nervosité) est maximisée.



LE TAIL 


Un autre élément important qui influe sur la performance d'un bodyboard est son tail. Il a autant d'influence sur votre bodyboard que le Core car il dicte à la fois la vitesse, la portance et la manœuvrabilité.

Les deux formes de tail les plus courantes sont le Crescent et Bat Tails. Un tail étroit vous permet de gagner en maniabilité car il est moins porteur qu’un tail plus large qui lui offre plus de stabilité. Pour plus de bord et de contrôle, vous devez choisir un crescent tail qui est aussi plus confortable. Le bat tail quand à lui donne plus de portance et de vitesse.


[bDETAILS SUR LES TAILS ][/b] 


http://i174.photobucket.com/albums/w114/hsdforever972/Bb/1_zps53d372c3.jpg

Avec de gauche à droite :
Crescent tail – Full crescent tail – Bat tail – Square tail – Wing tail – V tail – Flat tail


-    Crescent Tails
D'abord présenté par Morey en 1982, c'est un tail qui peut être soit coupé, soit plein et c’est la conception de tail la plus largement utilisée. Comme son nom l'indique, il forme un U large, qui met une bonne partie de votre corps en contact avec la surface de l'eau. Ceci offre plus de contrôle et est adapté pour la pratique du drop-knee  et du stand-up.
Idéal pour les enfants ou les débutants, le crescent tail rend plus facile les placements et le confort notamment à la rame.
Une variante du crescent tail est le full crescent. La version « normale » coupe la planche à 90° d’angle formant deux plats de chaque côté du tail et une forme de «U» reliant les plats.


-    Full crescent à la même forme en «U», mais elle va d’un bord à l’autre du tail.
La version normale a de très bonnes caractéristiques d’accroche et offre toujours une bonne maniabilité. Si vous n'aimez pas les channels, c'est une bonne conception de tail. Le full est souvent utilisé par les riders DK et offre encore plus d’accroche mais il rend les rotations plus difficiles.
Le crescent est la forme la plus polyvalente (on pourrait dire la meilleure des formes) car il allie confort accroche et maniabilité. Il permet par sa forme (et ses angles) au rail de travailler au mieux et donc permet au rider de choisir ou changer ses trajectoire en flan de vagues à tous moments.
C’est donc le tail préféré des riders de grosses vagues ou de gros tubes ! 


-    Bat Tails
Le Bat-tail ressemble à la forme d'une chauve-souris (nooooooon ! Sérieux ?). Sa forme est idéale pour les riders plus lourds ou pour le sur de petites vagues. C'est parce qu'il produit plus de portance à l'arrière de la planche qui offre plus de vitesse et de maniabilité (dans les rotations) avec moins de traînée.

Il est vrai que le « bulbe » central peut gêner un pratiquant non habitué (d’un coup, vous avez un gros truc entre les jambes… ça peut surprendre ceux qui n’ont pas l’habitude. MDR) mais on s’y fait (quoi que à la rame, ça me gêne toujours un peu) mais ce même bulbe permet de générer de la vitesse et de la portance, donc on s’en plein pas.

Cette conception de tail à apparu sur les planches haut de gamme dans un premier temps avant de se démocratiser (marketing oblige) à toutes les gammes. C’est une bonne option pour le surf de petites vagues ou de vagues molles, la portance du bat tail rajoute virtuellement 0,5 pouce à une planche. Une 41’’ bat tail maintient sa glisse/vitesse aussi bien qu’une 41,5’’ crescent identique (pourtant plus longue et plus large).

Généralement on dit que le Bat Tails vous aide dans les rotations et les courbes mais si je pense que cela est vrai pour les rotations (360, Belly…) pour les courbes, la vitesse générée peut vite être handicapante.
Dans les grandes vagues creuse, il devient plus difficile à contrôler jusqu'à perdre l’accroche du tail donc de sa trajectoire et de sa vitesse. Il faut donc bien faire attention à ses appuis (pression coude notamment) avec le bat tail (surtout si il est combiné à un rail 50/50).

Plusieurs dérivés du Bat tail ont fait leur apparition avec le temps. Tous ont la même fonction (portance augmentée) mais tentent d’améliorer les défauts du bat tail de base. On trouve ainsi le SQUARE BAT TAIL (chez BZ ou HUBB BOARD par exemple, qui favorise l’accroche et le contrôle par rapport au bat), le DELTA TAIL chez SCIENCE, le M TAIL, le ROUNDED BAT TAIL (qui favorise la vitesse par rapport au bat tail), le GULL WING chez TRIAD…

Mention particulière au GULL WING TAIL qui est un « simple » bat tail mais creusé à l’intérieur comme le crescent. Il permet d’avoir un confort proche de ce dernier mais avec la portance du bat. Parfait ? Non, c’est le tail le plus fragile et si vous ne faites pas attention, il pliera rapidement.


-    V tail
On trouve encore le V TAIL chez de rares marques comme CARTEL depuis la disparition du célèbre « Vee » de BZ.

Le tail en V offre une grande maniabilité n'est permet de garder de l’accroche contrairement au FLAT TAIL sans toutefois égaler le Crescent. Avec la façon dont le V de tail est fait, il est un mix du Flat et de Crescent de sorte qu’il apporte plus de souplesse en manœuvre notamment en dropknee. Le rider drop se cale facilement avec sa palme arrière et les trajectoires sont plus faciles du fait du balayage d’eau entre le rail et le tail. En revanche c’est un tail qui donne ne meilleur dans des vagues de 90cm à 1,2m.

Plus petit le Flat est plus intéressant (portance), plus gros le full crescent (drop) ou le crescent (prône) sont mieux.


-    Le Flat tail
Le Flat est un tail souple du fait que l’eau qui passe sous la planche n’est gêné ou dirigé par rien du tout. L’accroche et la manœuvrabilité ne sont pas sont fort, à réserver aux petits surfs tranquille sans prise de tête.

C’est parfait pour les petits jours avec des vagues sans portance de moins de 80cm. Dans ce cas, prenez-la sans channel, en PP et avec une planche de bonne longueur.



Enfin on trouve des tails « exotiques » comme le SPEED TAIL de la board DIVISION 71 LTD
http://i174.photobucket.com/albums/w114/hsdforever972/Bb/DSCF9071_zps5ae83b4a.jpg



Ou encore le TETRA TAIL de N°6 sur son BRIGADIER.

http://i174.photobucket.com/albums/w114/hsdforever972/Bb/22_zpse508d1c6.jpg



Ces deux tails sont des Gullwing tail inversé, je m’explique. Le GWT c’est un bat tail confortable alors que le Speed et le Tétra sont des crescent taillé pour la vitesse. Encore une fois il s’agit de marier au mieux les avantages de tout.

Pour votre choix c’est à vous de regarder quelles sont les conditions d’utilisation de la planche. Vous cherchez de la vitesse à tout prix = BAT mais aussi du confort = SQUARE, mais encore un peu plus de confort = GULLWING. Vos vagues sont puissante (beachbreak par exemple) et creuse = CRESCENT mais on veut un peu plus de vitesse = SPEED ou TETRA…



LES RAILS  


Les rails sont les bords latéraux de votre bodyboard qui vont du nez jusqu'à la queue. Différentes conception peuvent déterminer le rendement de votre planche en matière d’accroche et de vitesse.

Tout d'abord, il existe deux sections de rail. La partie supérieure entre le deck et le milieu (l’arrête) du rail, et le bas qui est habituellement appelé le « rail ». Deuxièmement, il existe quatre modèles de rail différents avec en vedette sur la plupart des bodyboards : le 60/40 et 50/50. Ces chiffres se rapportent à la surface du haut et à celle du bas du rail.

Par exemple un rail 60/40 à 40% de surface en haut donc hors d’eau et donc 60% du reste (partie basse en dessous de l’arrête) est en contact direct avec l'eau. Ce style de rail est préférable pour garder du contrôle sur les vagues plus grosses, plus puissantes du fait de la surface immergée plus importante.

http://i174.photobucket.com/albums/w114/hsdforever972/Bb/bodyboardrails_zps3739e618.jpg



Un rail de 50/50 signifie que la surface haut/bas est également répartie. Ce type de rail offre plus de vitesse (moins de surface en eau) mais moins d’accroche sur la vague.

On trouve de plus en plus de planche notamment chez les professionnels avec un rail en 55/45 qui permet d’avoir un équilibre plus fin entre bonne vitesse et bonne accroche.

On trouve aussi de moins en moins des rails en 70/30 qui apportent une bonne accrochent mais qui sont à réserver à de grosses conditions de ride ou à des planches sans channels.
Sur la photo on a de gauche à droite un rail : 50/50 - 55/45/- 60/40 - 70/30

http://i174.photobucket.com/albums/w114/hsdforever972/Bb/3_zpsaca5543c.jpg



Le cas particulier du transitional rail est à réserver aux bons riders car il est axé vitesse, plus qu’accroche. C’était pour Ben SEVERSON l’avenir du rail de bodyboard car il permet de rendre la planche plus polyvalente.

Le transitional commence par un rail rond sur le premier tier de la planche qui devient peu à peu un rail à 90° d’angle soit un 50/50 qui permet d’accrocher la vague sans perte de vitesse. Le rail rond permet une meilleure pénétration dans l’eau et une meilleure vitesse.

http://i174.photobucket.com/albums/w114/hsdforever972/Bb/sala_shape_borda_redonda_edge55_zpsf3d978f3.gif


Mais celui-ci ne peut être constant sur toute la longueur de la planche car le rail fait office de dérive sur un bodyboard. Avec la disparition de BSD, on pensait le transitional rail disparu mais le shaper de BZ Yamo GUERRA propose de nouveau ce rail à la vente sur ses planches (les YTD).

Un excellent rail encore laissé de coté par l’industrie du bodyboard.



LE NEZ ou NOSE 

Le nez de votre planche est la partie avant à la partie supérieure et sa largeur affecte la maniabilité de votre bodyboard. Une planche plus large, comme celle avec un nose entre onze et treize pouces sera plus stable.

http://i174.photobucket.com/albums/w114/hsdforever972/Bb/1798075_371079363029788_1859180843_n_zps1f37d540.jpg



Tandis qu'un nose plus étroit, qui ferait donc moins de 11 pouces, est plus souple et plus maniable. Il est généralement préféré par les rides en Dropknee qui trouve aussi comme avantage de moins facilement planter le nez dans les manœuvres radicales.

Si vous choisissez une planche avec un nose trop large vous allez commencer à perdre de la vitesse, de même, si le nez est trop étroit vous aurez du mal à contrôler celle-ci.
La plupart des planches ayant des noses dans des dimensions proche, on ne s’embêtera pas trop avec la taille de celui-ci.



LES NOSE BULBS 

Les nose bulb servent à vous aider à tenir la planche pendant le rider. Elles peuvent se situer sur le dessus, le dessous ou les deux cotés du nose.

http://i174.photobucket.com/albums/w114/hsdforever972/Bb/materials_zps5cb0c9de.png



Elles augmentent aussi la solidité donc la durabilité de la planche au niveau du nose.
On peut les trouver gênant au début mais on s’habitue vite et on ne s’en passe plus après… 

Nous trouvons aussi sur les planches un renfort sur le nose et sur le tail : les bumpers

http://i174.photobucket.com/albums/w114/hsdforever972/Bb/slideperformance06_zps6b15c70a.jpg



Ceux-ci sont là pour renforcer les planches et leur permettre de durer plus longtemps.



LES HIPS GROOVE 

Nous trouvons aussi sur le deck de certaines planches des sortes de petits canaux ressemblant au channels du slick. Elles sont sensées améliorer le confort en permettant au rider de se caler sur la planche.

http://i174.photobucket.com/albums/w114/hsdforever972/Bb/daboard5050_zpsb5b29855.gif



Ce n’est pas l’invention du siècle, mais certains trouve que c’est un plus.



LES AUTRES DIMENSIONS 

Les dimensions de votre bodyboard affectent grandement sa performance dans l'eau. En plus de la longueur, la largeur et l’épaisseur de la planche jouent sur son comportement.
L’épaisseur est rarement donnée par les constructeurs, mais quelque soit la mousse, une planche épaisse flottera plus, sera plus nerveuse, rapide et plus solide. C’est bien pour un gros gabarit ou de petites conditions.
Une planche fine sera plus facile au canard, plus flexible, plus confortable, plus maniable, donc intéressante pour un petit gabarit, de grosses conditions.



LE WIDE POINT (LARGEUR) 

Le point de tout bodyboard plus large est mesurée rail à rail et il affecte à la fois la flottaison et les virages. Par exemple, une planche plus large offrira plus de flottaison mais sera plus difficile à tourner.
Au cours des dernières années les planches sont devenues plus étroites, la plupart ont de moins de 22 pouces de large. Cela favorise les manœuvres et le contrôle dans des situations critiques (tubes, bottom turn…).




LE NOSE TO WIDE POINT  

C'est la distance entre le nez et point le plus large de la planche. C’est lui qui détermine la forme générale et donc la polyvalence du bodyboard.

Un wide point haut (entre 14 et 17 pouces) crée plus de surface autour du nez et offre plus de stabilité, très bien pour un ride prone du fait que l’on pilote la planche à partir de cette zone.

http://i174.photobucket.com/albums/w114/hsdforever972/Bb/BSD-ArcelBT_zpsde3e6222.jpg



Ce BSD est un exemple de planche prone avec un wide point tres haut.


Un wide point plus bas (augmente la maniabilité. Un wide point bas est généralement préféré pour les riders dropknee qui commandent la planche avec leur genou.

Un wide point entre les deux permet d’avoir de la polyvalence en prone et en drop, solution quasi unanimement adoptée par les fabricants, vu quelle marche en toute condition




LE ROCKER 

Le Rocker c’est un léger angle que l’on trouve sur une planche soit au niveau du nose, soit au niveau du tail.
Le rocker plat est celui le plus souvent utilisé, il donne un maximum de vitesse.

http://i174.photobucket.com/albums/w114/hsdforever972/Bb/decks-foil_zpsb2c880fc.gif

Une planche avec un léger rocker positif (on dira qu’elle est bananée) sera plus maniable mais (beaucoup) moins rapide.
Le rocker ne doit jamais être de plus d'un demi-pouce. Vous pouvez le voir en plaçant simplement la planche sur une surface plane.

http://i174.photobucket.com/albums/w114/hsdforever972/Bb/ph-bb-12_zpsdfa8ae19.png

On évitera à tout prix le rocker négatif (vers le bas) qui n’est source que de problème.




CONCLUSION  



Vous savez maintenant vous savez tout ce qu'il ya à savoir sur un bodyboards.

Lorsque vous choisissez un bodyboard vous avez généralement ce que vous payez, pas de mauvaise surprise. Une planche de niveau expert ne fera pas de vous un champion du monde en quelques secondes il est donc important d'être honnête avec vous-même.

Ne gaspillez pas votre argent sur un bodyboard avec des caractéristiques impressionnantes, si vous n'êtes pas en mesure de les utiliser.

Une planche adaptée à votre morphologie et niveau, vous permettra de partir rapidement en take-off, de faire facilement un bottom-turn, de prendre un maximum de vitesse sans décrocher la vague, de passer les sections, de réaliser des figures aériennes et des rotations, de faire des canards profonds, d’être confortable et bien sur il ne s’abimera pas avant 200 ou 300 sessions !

Existe-t-il ?


Le rider fait autant que la planche. Placement, technique de palme, de canard, appuis, transfert du poids… apprenez à glisser. Juste à glisser au début. Sentez votre planche, découvrez-la !
Une planche souple et « ronde » vous pardonne les erreurs, vous permet d’apprendre l’essentiel : LA GLISSE ! Ne brulez pas les étapes. Une planche rigide et « tendue » vous amènera à la faute au moindre écart.

Si vous débuter une SNIPER AL « Next level » en PP n’est pas une bonne planche !

On commence par apprendre le canard, le take-off, le bottom-turn et le placement sur la vague. On doit apprendre à lire la vague, anticiper, passer une section, prendre de la vitesse.
A partir de la on peut s’amuser à faire des rotations, jouer avec la lèvre (cut-back, off the lip) pour enfin arriver au dernier stade : l’aérien ! Et là de nouveau on doit apprendre, arriver au bon moment sur la lèvre, donner l’impulsion, tirer la planche « vers la plage », se situer dans l’espace, atterrir…

Alors maintenant, à l’eau !!



http://i174.photobucket.com/albums/w114/hsdforever972/Bb/bodyboard2013_zps00a91ab8.jpg

Dernière modification par hsdforever (28-05-2017 21:56:27)

Hors ligne

 

#4 27-08-2014 23:19:53

BBinglyon
Membre Actif
Lieu: Lyon
Date d'inscription: 01-12-2013
Messages: 136

Re: Le Guide du Bodyboard

Bonjour le pavé... en esperant que ça en aide quelques uns ! En tous cas chapeau l'artiste smile !!!

PS: Tu l'a fait à renfort de ctrl+c/ctrl+v ou à "l'ancienne" ?


Bodyboarder lyonnais ( si si, ça existe )
NMD Winchester nrg

Hors ligne

 

#5 28-08-2014 00:08:34

hsdforever
Membre Super Actif
Lieu: Martinique
Date d'inscription: 17-02-2011
Messages: 2453

Re: Le Guide du Bodyboard

Je trouvais rien de complet et rien de recent. Alors j'ai fais un mix de site de marque avec des guides et ancien post a moi et j'ai rajouté ma touche perso "à l'ancienne"

Hors ligne

 

#6 28-08-2014 10:58:05

bart333
Nouveau Membre
Lieu: 44-29
Date d'inscription: 04-05-2007
Messages: 82

Re: Le Guide du Bodyboard

Merci beaucoup pour cet effort de synthèse (notamment me concernant sur tout les matériaux) !
A épingler dans la rubrique !

Pour les tails exotiques tu peux ajouter le Square Tail sur les BSD, personnellement j'ai ce tail sur 2 planches : 1 BSD + 1 custom TOOBS, je me suis fait à ce shape pour les petites conditions.

Hors ligne

 

#7 28-08-2014 11:44:55

troy
Nouveau Membre
Date d'inscription: 25-11-2010
Messages: 99

Re: Le Guide du Bodyboard

Bravo, beau travail, moi même, je me pose quelquefois des questions car il y a 20 ans, c'était + simple. Bravo

Hors ligne

 

#8 28-08-2014 16:57:37

Theo
Administrateur
Lieu: Capbreton - France
Date d'inscription: 02-01-2005
Messages: 7495
Site web

Hors ligne

 

#9 28-08-2014 19:12:35

hsdforever
Membre Super Actif
Lieu: Martinique
Date d'inscription: 17-02-2011
Messages: 2453

Re: Le Guide du Bodyboard

Theo a écrit:

Coolos!

Tu as vu les found thermaflex ! Ils t'ont entendu.

Hors ligne

 

#10 28-08-2014 22:45:07

Br3r
Membre Actif
Date d'inscription: 22-11-2012
Messages: 134

Re: Le Guide du Bodyboard

ouah ... top ! J'ai apprit plein de trucs ! Merci a toi, poste a copier/coller a chaque demande de choix de planches ^

Hors ligne

 

#11 29-08-2014 00:06:39

sheppmonk
Membre Très Actif
Date d'inscription: 25-08-2005
Messages: 1935

Re: Le Guide du Bodyboard

Bravo ! C'est complet, ça va aider les ceux qui cherchent sans cesse des explications sur le forum. Cool.


"ils ne savaient pas que c'était impossible alors ils l'ont fait"

Hors ligne

 

#12 29-08-2014 09:01:32

Aeon
Membre Très Actif
Lieu: Marseille
Date d'inscription: 20-03-2010
Messages: 1289

Re: Le Guide du Bodyboard

Bravo et merci pour ce post !

Hors ligne

 

#13 29-08-2014 15:35:44

hsdforever
Membre Super Actif
Lieu: Martinique
Date d'inscription: 17-02-2011
Messages: 2453

Re: Le Guide du Bodyboard

Yes les gars ! smile

il permet de rendre plus simple certaines technologies surtout que FOUND bouge beaucoup ces deux dernières années. C

C'est très bien qu'ils se secouent un peu parce que le BB, depuis la trouvaille du PP, on a pas eu grand chose sinon le Parabolic et les hybrids....

Là c'est PSI (ha merde j'en ai pas parlé du coups), EFC, TORSION stringer, Thermaflex et j'en passe ! En plus ils proposent des customs. J'espere que les autres vont suivre.

Hors ligne

 

#14 29-08-2014 23:27:14

Patatorjoce
Nouveau Membre
Date d'inscription: 11-08-2012
Messages: 71

Re: Le Guide du Bodyboard

Très bon compte rendu!
Merci bcp, ça va en aider plus d'un!
😉

Hors ligne

 

#15 05-09-2014 22:25:48

hsdforever
Membre Super Actif
Lieu: Martinique
Date d'inscription: 17-02-2011
Messages: 2453

Re: Le Guide du Bodyboard

Rajout de la technologie PSI de l'usine AGIT et aussi une petite explication sur le Single torsion stringer...  smile

Hors ligne

 

#16 06-09-2014 02:36:32

meymo
Membre Actif
Lieu: 64&40
Date d'inscription: 02-11-2011
Messages: 520

Re: Le Guide du Bodyboard

http://replygif.net/i/775.gif

Hors ligne

 

#17 06-09-2014 09:06:06

Brice64.40
Membre Très Actif
Lieu: Le Penon City
Date d'inscription: 24-03-2007
Messages: 1722

Re: Le Guide du Bodyboard

juste une remarque, il serait interessant de montrer "ou pluger sa planche", (question qui revient souvent sur le forum), suivant la présence des stringers; sinon pour les passionnés de technique  comme moi c'est juste parfait! Bravo!


Pas de fachos dans nos quartiers, Pas de quartiers pour les fachos!

Hors ligne

 

#18 06-09-2014 12:54:49

meymo
Membre Actif
Lieu: 64&40
Date d'inscription: 02-11-2011
Messages: 520

Re: Le Guide du Bodyboard

Faudrait le mettre en Sticky ce post smile

Hors ligne

 

#19 07-09-2014 12:00:18

mario20
Nouveau Membre
Date d'inscription: 30-06-2014
Messages: 9

Re: Le Guide du Bodyboard

Excellent, moi qui ne comprenait pas la différence de prix sur certains modèles j'ai appris plein de trucs!

Hors ligne

 

#20 07-09-2014 14:26:02

Splash
Nouveau Membre
Date d'inscription: 08-08-2014
Messages: 6

Re: Le Guide du Bodyboard

Super post et merci ça va bien me servir !

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Powered by FluxBB